La délégation israélienne qui se rend ce mardi 22 décembre à Rabat, sous la conduite conseiller à la sécurité nationale d’Israël et chef d’état-major pour la sécurité nationale, Meir Ben Shabbat et Haim Regev, chef d’état-major adjoint est loin d’être protocolaire.

Une flopée d’accords va être signée entre le Maroc et Israël, notamment concernant les autorisations de vols directs pour le transport des membres de la communauté juive marocaine et des touristes israéliens en provenance et à destination du Maroc. Les deux pays vont également promouvoir des relations innovantes dans les domaines économique et technologique.

Sur le plan diplomatique, Rabat et Tel-Aviv vont œuvrer à la réouverture des bureaux de liaison dans les deux pays, comme cela fut le cas antérieurement et pendant plusieurs années jusqu’en 2002. D’après des sources bien informées, les bureaux de liaison, ainsi que la diaspora marocaine vivant en Israël et ailleurs ont été mises à contribution par le Maroc depuis les années 1970 au service de la paix dans la région du Proche-Orient.

Le Maroc se distingue des autres pays de la région par les liens distinguées qui unissant la diaspora marocaine en Israël à la personne des souverains alaouites et qui sont ancrée dans une histoire spécifique propre au modèle marocain.

D’ailleurs, le royaume chérifien réserve aux Marocains de confession juive une citoyenneté à part entière, en étant à la fois électeurs et éligibles. Les juifs marocains bénéficient également d’un espace juridique conforme aux préceptes du judaïsme. Une singularité qui fait que ce pays du Maghreb n’est identifiable à aucune autre expérience dans toute la région d’Afrique du nord et du Moyen-Orient.