L’ancien président et actuel chef de l’opposition ivoirienne, Henri Konan Bédié a lancé un appel au dialogue dans son pays, après une élection contestée.

Le président Alassane Ouattara a été réélu en octobre pour un troisième mandat controversé, qui a déclenché des violences politiques.

Sa prestation de serment est prévue dans le courant de la semaine.

Même s’il a estimé que le président Ouattara n’est pas légitimement élu, il propose la mise en place d’un nouveau cadre de négociations avec le pouvoir.

“Ce nouveau cadre de dialogue, qui verra la participation de toutes les forces vives de la nation, sera encadré sur le territoire ivoirien par des organisations internationales, dont l’ONU ou tout simplement par des personnalités indépendantes choisies parmi nous”, a-t-il déclaré mercredi.

Selon l’ancien chef de l’Etat, “ce cadre remplace évidemment le Conseil de transition que l’opposition ivoirienne avait initialement proposé”.

Pour le chef de l’opposition ivoirienne, “l’élaboration d’une Constitution consensuelle, la réforme de la Commission électorale indépendante, l’organisation d’élections présidentielles transparentes, crédibles et inclusives” seront à l’agenda de ces discussions.

Bédié et Ouattara, ici en 2015, lors de l'inauguration du pont Philippe Gregoire Yace à Abidjan
Légende image,Bédié et Ouattara, ici en 2015, lors de l’inauguration du pont Philippe Gregoire Yace à Abidjan

Il a également appelé à la libération de toutes les personnes arrêtées lors des manifestations organisées avant et après les élections, dont des personnalités de l’opposition ivoirienne comme Pascal Affi N’guessan et Maurice Kacou Guikahue qui sont toujours en détention.

M. Bédié a exhorté les Ivoiriens à se préparer aux manifestations pour la paix dans le pays.

Il a demandé à la police et à l’armée d’assurer la sécurité des manifestants.