Le 14 juin, l’activiste égyptienne Sarah Hegazi, 30 ans, a été retrouvée morte à son domicile à Toronto, au Canada. Cette jeune femme, militante des droits LGBTQ+, avait fui l’Égypte deux ans plus tôt après avoir été arrêtée, emprisonnée et torturée pendant trois mois pour avoir brandi un drapeau arc-en-ciel lors d’un concert au Caire. 

Avant de se donner la mort, Sarah Hegazi a laissé une lettre s’adressant à ses proches et sa famille: “J’ai essayé de trouver la rédemption et j’ai échoué, pardonnez-moi.  […] Mon expérience a été difficile et je ne trouve pas la force pour l’affronter.” Et au monde en général: “Vous avez été cruels, mais je pardonne.

J.T.