Alors que tout le peuple algérien attendait de son président de la république des actes significatifs, ne serait-ce que pour faire démentir tous ces pronostics qui disaient que Tebboune n’est que la pale copie de son prédécesseur, Abdelaziz Bouteflika…

Notre sacré Abdelmadjid a décidé, en toute bonne foi, de faire démentir ses allégations, en ordonnant, ni plus ni moins, à la justice de relaxer expressément son p’tit protégé, Khaled Tebboune, pourtant impliqué dans un dossier de trafic de cocaine où il risquait plusieurs années de prison ferme pour “trafic d’influence”, “corruption” et “perceptions d’indus cadeaux”

Pour justifier ce noble geste, M. Tebboune a déclaré, ce matin à la presse : “sachez que je n’aurais pas hésité, une seule seconde, à faire la même chose pour chacun d’entre vous, car nous sommes une seule et même famille”.

Pour rappel, les autres suspects dans cette affaire, à savoir le principal accusé, Kamel Chikhi et le général-major Abdelghani Hamel, ont été condamnés, respectivement, à 08 et 04 ans de prison ferme…mais bon dans le dictionnaire de Tebboune, ils ne doivent pas faire partie de ce qu’il considère comme “sa famille” algérienne.

Le plus drôle dans tout ca, c’est lorsqu’on se remémore les paroles de ce bon vieux Tebboune, au lendemain de son élection, ou il disait  avec fierté, que la lutte contre la corruption faisait partie de ses priorités et qu’il s’engage à combattre vigoureusement ce fléau et à assainir le pays de ses “résidus”, en jurant, à qui veut bien l’entendre, qu’il allait poursuivre en justice toute cette “bande qui a pillé l’argent public”…

On s’imagine qu’à cette époque, tout excité par la perspective de se voir au pouvoir, il a du oublier, un court instant, que son fils faisait partie de ces résidus et bande criminelle précités…mais, malheureusement pour lui, les algériens, eux, n’oublient pas et le “Hirak” qui vient de fêter son premier anniversaire, va certainement prendre, dorénavant, une tournure beaucoup plus agressive.

D’ailleurs, des appels à la manifestation pullulent, actuellement, sur les réseaux sociaux et des slogans font d’ailleurs leurs premières apparitions, dans lesquels on peut lire, à titre d’exemple : ” Tebboune ou pas, nous sommes tous égaux devant la loi”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici