Malgré le soutien du chef de l’Etat ougandais, Yoweri Museveni, au Polisario et sa reconnaissance de la «RASD», Rabat et Kampala sont sur le point d’ouvrir une nouvelle page dans leurs relations grâce à la présidente du Parlement, Rebecca Kadaga Alitwala.

L’offensive du Maroc en Afrique se poursuit. L’Ouganda, autre membre de la communauté de l’Afrique de l’Est où le royaume compte désormais des «alliés», est la nouvelle cible du royaume.

Il semble que le Maroc ait enfin trouvé en la personne de Rebecca Kadaga Alitwala, présidente du Parlement de l’Ouganda, l’interlocuteur influent à même de l’écouter et de comprendre sa position, notamment sur la question du Sahara.

Durant les quatre derniers mois, elle s’est rendue à deux reprises au Maroc : en mars et en juillet, du 15 au 17. C’est au cours de sa deuxième visite, inscrite dans le cadre de l’«amitié et du travail», que Mme Alitwala a multiplié les rencontres avec des responsables marocains : outre ses entretiens avec son homologue Habib El Malki, elle s’est réunie avec le chef du gouvernement, Saâdeddine El Othmani et le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita.  

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici